Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 17:16
j’ai eu 159 dinars de plus pour ma paie de septembre. Une augmentation de plus de 10%... C’est inimaginable !
Les négociations salariales ont-elles abouti à notre insu? Enfin, ont-ils compris qu’une augmentation de 3,5% signifiait réellement une dégringolade de notre pouvoir d’achat… déjà qu’officiellement l’inflation moyenne du pays est de 3,5%...
Je délire…, ils ont enfin réalisé que les loyers augmentent de 5%, que les services en moyenne de 7%, que les carburants flambent à plus de 10%, que les matériaux ne s’échangent qu’à plus de 20%.. et que le culturel (ou ce qu’il en reste, festival compris) ne rime plus qu’avec fiel. Et surtout n’attrapez pas la grippe, chers collègues, car les médicaments sont inaccessibles, les médecins sont inabordables, la CNAM est trop complexe et… les recettes de grand-mère nécessitent des produits frais et bio, hors de prix.
Bref, en faisant les comptes, voici ce qui se dégage de ces quelques calculs simples, mais explicites :
▪    Enseignement:     5h30 de cours/semaine (22h/mois)
▪    Encadrement :        6h/semaine (encadrement, relecture, soutenance, etc.) (24h/mois)
▪    Recherche :         24h/semaine (article, préparation de cours, communication, etc.) (96h/mois)
▪    Administratif :        16h de réunions/ mois (coordination, commissions, élaboration de programme, etc.)
Pour simplifier les calculs et en considérant que les activités sont équivalentes en termes d’efforts et d’apports, l’heure «enseignant-universitaire» est payée en moyenne 10,000 dt. En sachant que seules les heures supplémentaires d’enseignement sont rémunérées, il n’est pas difficile de comprendre que les professeurs raisonnables ne veulent plus ni encadrer, ni faire de la recherche et encore moins siéger dans des commissions… QUE FAIRE ?
Le problème n’est pas que financier. La satisfaction du salarié n’est pas totalement liée à sa paie. Une grande partie tient de ces conditions de travail :
-    attendre des mois pour obtenir un ouvrage ;
-    attendre des années pour obtenir un bureau équipé (pour les plus chanceux) ;
-    attendre des années pour obtenir une connexion valable et un mot de passe ;
-    dispenser un cours sans vidéo-projecteur, sans lumière, sans craie, sans chauffage, sans climatisation… et avec un tableau non effacé !
-    faire des dizaines de bureaux, des milliers de sourires, des pointes d’énervement pour une autorisation ou une attestation ;
-    passer des centaines de coup de fil et des merci par ci et des svp par là pour une subvention ou une mission qui, si elle couvre le déplacement ne peut rien faire pour le reste (hébergement, nourriture, déplacement, etc.) ;
-    subir les humiliations des circulaires qui pullulent et ne se centrent plus qu’à cerner l’action des universitaires ;
Partager cet article
Repost0

commentaires